Ma banque (suite)

Comme je trouve que le rôle d’une banque est à l’opposé de celui d’un vendeur de lessives, j’ai commencé à remettre en question le choix de celle ci.

Comme je m’y attendais, j’ai trouvé ma banque dans la liste des banques utilisant les paradis fiscaux dressée par une section locale d’Attac. Pour information, en voici la liste : Bahamas, Bahrein, Chypre, Costa Rica, Emirats Arabes Unis, Hong Kong, Ile Maurice, Iles Cayman, Irlande, Jersey, Labuan (Malaisie), Liban, Lichtenstein, Luxembourg, Monaco, Panama, Singapour, Suisse, Uruguay, Wallis et Futuna

De plus, son évaluation éthique laisse franchement à désirer.

Peut-on être cohérent, lorsque son argent aide à financer des entreprises que l’on méprise, voir combat ?
Que dire quand son argent a permis à sa banque d’acquérir des parts ou d’investir dans Veolia, privatiseur d’eau; AXA, qui délocalise ses centres d’appels au Maroc; EADS qui fabrique de l’armement militaire; Klepierre, le premier gestionnaire européen de centres commerciaux; Valeo, vendeur de composants pour automobiles et poids lourds; Jetblue, une entreprise d’avions; et Total, que l’on ne présente plus … ?

Publicités

2 commentaires

  1. Il est vrai que la plupart d’entre nous sommes dans la banque qui est aussi celle de nos parents. C’est surtout une question de simplicité puisque lorsqu’on est étudiant, nos parents peuvent éventuellement réalimenter si besoin. Ca, les banques le savent bien et comptent dessus pour assurer leur clientèle. Donc au final, le choix de sa banque est réduit. Je n’aborde même pas le sujet de quitter sa banque qui est souvent une opération périlleuse et chère.

    Concernant l’évaluation éthique des banques, par chance, elle est en constante progression. En effet, de plus en plus, les épargnes « entreprise » et « retraite », gros apporteurs de fonds pour les banques, sont de plus en plus rigoureux dans les critères de choix des banques, parce que la pression des gens qui souscrivent à ces PEE et PER se fait de plus en plus dure… c’est pas un mal !!!

    Nous mêmes, en tant que clients, nous pouvons choisir de ne pas épargner notre argent n’importe où. On peut agir par le choix de sa banque : « Le crédit coopératif », filiale de la Banque Populaire, par exemple est reconnu pour ses aspects solidaires. Par ailleurs, de plus en plus de banques proposent des fonds ISR (Investissements Socialement Responsables).

    Ces fonds sont loin d’être parfaits, mais ça commence à évoluer de plus en plus. Là encore, les banques sont notées pour la qualité des fonds ISR par des agences de notation indépendantes (choix des sociétés, choix des secteurs, avec des critères sur environnementaux, sociaux…). Par exemple http://www.vigeo.com (ex Arese), agence fondée par Nicole Notta. Il existe aussi des labels tels que « Finansol ». La pression des clients est très importante pour faire progresser nos banques. En plus, si les banques pensent qu’elles peuvent y gagner, elles s’y mettront.
    En France, les champions de l’ISR, c’est la banque Dexia.

    Enfin, il existe des banques vraiment alternatives telles que « la Nef » (http://www.lanef.com/).

    On pense justement à écrire un article sur les ISR et la banque d’ici quelques temps.

  2. Zig & Puce: désolé pour le retard, mon hébergeur avait classé vos commentaires comme des spams (rien de personnel, il s’est mis a prendre les miens pour des spams également !)
    Effectivement la Nef et le crédit coopératif sont les noms que j’ai vu revenir souvent dans mes recherches, et j’ai reçu leurs documentations. Je réfléchis à tout ça …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s