Si longtemps en montagne …

Lorsqu’on se représente l’apogée énergétique comme le sommet d’une montagne spectaculaire mais dangereuse que nous, l’humanité, avons réussi à escalader, l’idée de descente vers la sécurité est une proposition judicieuse et attirante.

L’escalade impliquait un effort héroïque, de grands sacrifices, mais aussi une certaine euphorie et de nouvelles vues et possibilités à chaque pas. Il y a plusieurs faux sommets, mais quand nous voyons le monde entier s’étendre autour de nous, nous savons que nous avons atteint la cîme. Certains prétendent que de plus hauts sommets se cachent dans la brume, mais le temps est menaçant.

La vue depuis la cîme nous reconnecte avec la beauté et la majesté du monde où tout s’assemble, mais nous ne pouvons pas lambiner longtemps. Nous devons profiter de la vue pour tracer notre descente pendant que le temps est favorable et qu’il fait jour.

La descente sera plus dangereuse que la montée, et nous aurons sans doute besoin de camper sur une série de plateaux pour nous reposer et laisser passer les tempêtes. Ayant été en montagne depuis si longtemps, nous pouvons à peine nous souvenir de la maison dans la vallée lointaine que nous avons fui alors qu’elle été détruite progressivement par des forces que nous ne comprenions pas. Mais nous savons que chaque pas nous rapproche d’une vallée protégée où nous pourrons construire une nouvelle maison.

— David Holmgren, Permaculture : Principles and Pathways Beyond Sustainability.

6 commentaires

  1. C’est très beau comme façon de voir les choses. J’ai pourtant du mal à partager l’optimisme de la dernière phrase.

  2. C’est exactement ce passage qui avait, il y a quelques années, imprimé dans mon esprit le concept de “descente énergétique”.
    C’est une excellente initiative que de l’avoir traduit.

  3. @koldo
    je ne suis pas sur qu’il soit si optimiste que ça, mais cette vision est préférable si l’on veut avoir une réponse positive (la permaculture) face à la descente énergétique.

    Pour une vue des futurs possibles par Holmgren, voir ici : http://www.futurescenarios.org/ (il faudrait que je réussisse à terminer de le lire un jour …).

    @imago
    Faut remercier Zelda qui a pratiquement tout traduit, et Rob Hopkins qui a bien mis ce texte en exergue dans son bouquin sur les transition towns :)

    Comme dit Hopkins, on parle “beaucoup” du pic, mais pas souvent de la descente, or si c’est le pic qui fait qu’il va falloir redescendre, c’est quand même la descente qui est importante.

    Sur Holmgren, plus je le lis, plus je trouve sa vision perspicace et bien formée (et formulée).

    Un texte d’Holmgren où il parle un peu plus de sa métaphore de la montagne : http://www.holmgren.com.au/DLFiles/PDFs/ShellEconomist.pdf

  4. (le billet et les commentaires ont été malencontreusement effacés, puis récupérés (merci Zelda et Juliette), ce qui explique les bizzareries)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s