Pourquoi ?

Pourquoi avons-nous négligé des plantes qui répondent à tous nos besoins alimentaires — les arbres — en faveur du déboisement ? Mais pourquoi avons-nous semé du blé en abondance quand nous avions des forêts, qui, à valeur égale, surpasseraient toute récolte de blé, et donneraient une nourriture aussi bonne sinon meilleure ?
— Bill Mollison, conférence au Centre Rural d’Education Wilton, USA, 1981.

Advertisements

4 commentaires

  1. La civilisation occidentale s’est construite en défrichant la forêt, perçue à une certaine époque (et encore beaucoup aujourd’hui, par inertie de l’imaginaire collectif) comme un monde sauvage, obscur, sans ordre apparent, et donc menaçant.
    Dans « Femmes, Magie et Politique » (s’il est toujours chez vous), si je me rappelle bien il y a des trucs intéressants sur ce que traduit le rapport des gens à la forêt.

  2. Oui, il suffit de voir l’étymologie du mot forêt. D’ailleurs dans la même conférence, Mollison fait remarquer que nous avons très peu de vocabulaire pour décrire la forêt et ses phénomènes, comparativement aux estuaires, ce qui démontre que nous sommes plus un peuple des bords de fleuves/mers que de la forêt (je ne connais pas les compétences en linguistiques de Mollison, mais la démarche me parait intéressante).

    Sinon Mollison répond à sa question en citant le bois nécessaire aux navires de guerre et d’exploration, et la production de charbon de bois. On a choisi d’utiliser les arbres comme des annuelles (en les abattant) et pour une production non agricole.

    Je vais jeter un oeil au bouquin.

  3. J’ai récemment vu un truc marrant sur la déforestation des Alpes du Sud (pour me documenter sur le contexte de la nouvelle de Giono qui a fait l’objet d’un article récent). D’après des témoignages historiques, certaines cultures paysannes d’antan considéraient que non seulement la forêt était improductive et dangereuse, mais qu’en plus elle accaparait les forces vitales de la Terre au détriment des champs avoisinants. Donc si votre champ commençait à devenir stérile, il fallait couper la forêt proche pour lui redonner un coup de fouet.

  4. mais qu’en plus elle accaparait les forces vitales de la Terre
    J’ai déjà entendu cela au sujet d’une plante comme le topinambour.
    C’est vrai qu’il peut être a priori difficile d’imaginer que plus de 90% de la matière sèche d’une plante provient de l’air, d’où peut-être l’erreur commune de croire que cette matière était prélevée depuis le sol.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s