fete voisins

Fête des voisins : passe voir ton voisin, mais passe à la supérette d’abord

Mardi dernier, alors que je rencontrais les couchsurfeurs montpelliérains, j’ai entendu parler de la fête des voisins. Je pense que connaître ses voisins est primordial, mais j’ai du mal avec cette convivialité sur rendez-vous, surtout quand ça prend la forme d’une campagne marketing. Quand on regarde l’affiche d’un peu plus près, on se rend compte que l’ordre marchand réussit à tout récupérer, même ce qui devrait être une solidarité spontanée dont l’essence même est antagoniste à celle de la logique marchande.

Le but du jeu est de trouver où se cache les sponsors dans l’affiche (cliquez sur l’image pour la voir en grand).

On va commencer avec le plus moche, le plus visible, et aussi le plus risible, les supermarchés Monoprix avec leur grosse bannière (plus grandes à l’affiche que celle des voisins solidaires). Car, faut-il le rappeler, «Monoprix, fidèle à son engagement d’améliorer la qualité de la vie quotidienne, s’associe pour la neuvième année consécutive à l’opération « La Fête des Voisins ». Attaché à mettre plus de plaisir et de surprise dans le quotidien et à le faciliter, Monoprix soutient cette initiative qui favorise la convivialité et la solidarité au cœur des villes». Merci Monoprix ! Lorsqu’on connait à quel point les supermarchés ou les supérettes sont néfastes aux commerçants de quartiers (qui sont des voisins soit dit en passant), et donc à la convivialité et à la vie du quartier … Sans compter les facilités offertes pour faire les courses, jusqu’à 21h ou le dimanche matin, ouvertures salutaires permettant de ne pas sonner chez le voisin pour emprunter du sel ou des oignons !

On passe ensuite à l’agression la plus insidieuse, avec la promotion du traiteur Pierre Martinet, dont je me rappelle des pubs débilisantes lorsque j’avais encore une télévision. La publicité est ici plus voilée, car elle ne se présente que sous la forme du packaging des barquettes de taboulés, servies par une voisine qu’on croirait tout droit sortie d’un stand de dégustation Pierre Martinet (d’un supermarché Monoprix ?). Ce dernier, «homme authentiquement généreux [qui] ne cesse d’innover, [pour nous] offrir des moments savoureux» (dixit le site des immeubles en fête), pousse même l’altruisme jusqu’à la création d’un site dans lequel il clame son amour pour ses voisins. (On remarque d’ailleurs que la vieille personne du visuel de la fête des voisins a été éliminée du monde impitoyable du marketing de taboulé).

Le dernier, encore plus subtile, se nomme Uncle Bens. Il est présent par l’entremet d’un homme tenant dans sa main un bocal caractéristique de la marque. Bien entendu ce produit est largement exposé sur le site de l’entreprise.

En conclusion, pour la fête des voisins, allez acheter des plats déjà préparés dans des grandes surfaces. Merci messieurs les publicitaires. Et les fonds publics qui permettent ça.

Recette du taboulet

INGREDIENTS PREPARATION
Pour 8 personne(s)

– 400 gr de semoule
– 500 gr de tomate fraîche
– 2 concombres
-1 poivron rouge
-1 poivron vert
-1 poivron jaunes
– 6 petits oignons nouveaux avec tiges
– 3 jus de citron
– 2 dl huile d’olive vierge extra
– 1/2 botte de menthe fraîche
– Sel
– Poivre du moulin
-Piment d’Espelette
-Mettre la semoule dans un saladier avec le jus des citron et l’huile d’olive.
-Découper les tomates en petits cubes en gardant le jus qui s’écoule.
-Eplucher les concombres et les tailler en dés avec le coeur.
-Peler les poivrons à l’aide d’un épluche légumes. Découper les poivrons en petits dés.
-Tailler les oignons en très fines lamelles avec la queue des oignons.
-Ajouter les légumes à la semoule. Mélanger et assaisonner.
-Ajouter la menthe ciselée et mélanger.
-Réserver au frais 2 heures avant de servir !
Publicités