Pourquoi je n’acheterai plus le journal « La décroissance »

Ça lui pendait au nez, le mois prochain, je n’achetarai et ne lirai plus le « Journal de la décroissance et de la joie de vivre ». Le mois de trop. Trop de haine, de colère, d’acharnement, d’aigreur seront venues à bout de mon envie de lire ce journal.

La goutte qui a fait déborder le vase, c’est l’article de ce mois ci sur les mouvements qui essaient de « s’approprier » le concept de décroissance. Même si je trouve qu’il est intéressant de regarder ceux qui partagent nos avis sur la question, force est de constater que ce n’est pas sous cet angle qu’a été écrit l’article. Les auteurs de la décroissance semble s’approprier le concept de décroissance (mais ne sont-ils pas déjà appropriés le terme ?). Paroxysme de la mauvaise foi, la pique envers le site decroissance.info, assimilé peu ou prou à des intégristes d’extrème droite, sans aucune justification dans leur journal, et qui créé un amalgame malsain avec les autres courants dénoncés (souvent apparentés extrème droite). Et d’ailleurs je pose la question, en quoi un mouvement de (d’extrême) gauche est-il plus légitime qu’un mouvement d’extrême droite pour parler de décroissance ?

Le journal de la décroissance se focalise sur certaines personnalités, mouvements et manifestations, sur lesquels il tire à boulets rouges dès que l’occasion s’en présente (ou même quand elle ne se présente pas, d’ailleurs) : Hulot, Arthus Bertrant, Voynet, Grenelle, etc. Même si je suis très critique envers ces personnes, ce pillonage massif est contre productif. Le journal donne du mouvement décroissance une vision de sectaires aigris et moralistes.

Où est donc passée la joie de vivre ?

Publicités

29 commentaires

  1. Changer ce monde pour qu’il soit meilleur… le principe n’est-il pas d’agir pour ce que nous voulons, et non contre ce nous ne voulons pas ?
    Dans ces conditions, je comprends ta décision.

  2. C’est marrant cette réciprocité….
    Il ya quelques mois j’ai arrêté d’acheter et lire la décroissance car j’en avait marre de ne lire que de la critique acerbe sans réel contre proposition. Et puis hier, j’ai retenté, comme ça, en me disant que j’avais pris la mouche la dernière fois et que peut être… mais après 30 minutes de lecture, non vraiment, je ne peux plus.

  3. il y a longtemps que je ne l’achète plus. il m’est arrivé de retomber sur un numéro, toujours leur fixette contre les chiens etc. etc.
    pas de regrets !

  4. Donc ce n’était pas que moi qui trouvais que ce journal desservait plus la cause qu’il essaie de défendre. Je n’en parlais pas car j’avais l’impression que ses opinions étaient partagées par la plupart des « décroissants », ou qu’il y avait un black-out sur la question.
    Me voilà rassurée: )

  5. Voilà qui est rassurant.
    Cet été, Puce et moi, on s’était dit qu’il fallait qu’on achète au moins une fois ce journal. On n’a pas été déçu. Le terme de pilonage est bien approprié. Et on est complètement d’accord sur le fait qu’il dessert les causes de la simplicité volontaire et de la décroissance.
    Au festival du livre et de la presse d’écologie, en novembre dernier, on leur avait demandé pourquoi un tel acharnement et les gens qui tenaient le stand disait qu’en critiquant énormément, ils obtiendraient un peu…
    Pas très convaincant comme explication, n’est-ce-pas !
    La meilleure lecture, c’est la ligne simple :-)

  6. Apparemment je journal par sa visibilité, permet à beaucoup de personnes de se fédérer autour d’un mot, d’un concept (ça a été le cas pour Zelda et moi), ce qui est une bonne chose. Maintenant, combien de personne ont une vision erronée de la décroissance à cause du journal, je ne sais pas.
    Par contre c’est sur que je ne donnerai pas ce journal pour faire découvrir la décroissance à quelqu’un qui ne connait pas (à part les témoignages de SV).

  7. Où est donc passée la joie de vivre ?
    Dans d’autres journaux bien mieux, à la fois plus humains et/ou aux réflexions plus approfondies, comme par exemple CQFD, La Belle au Bois Dormant, la Planète Laboratoire…
    Concernant decroissance.info, Clément propose de réagir (, et ), on va voir comment ça évolue.
    Quant au machin de Cheynet et collègues, je le vois mal faire autre-chose que de s’enfoncer toujours plus dans sa haine et son aigreur jusqu’à finir par perdre tous ses lecteurs. J’imagine difficilement qu’un nombre croissant de gens puisse apprécier ces écrits.

  8. Désolé Koldo, ton commentaire était pris dans mon antispam …

    Merci pour les revues, est-ce que tu aurais des liens (ce n’est pas évident de trouver la belle au bois dormant !).

    Dans les revues interessantes, il y a aussi S!lence, l’âge de faire, Ecorev à l’air bien aussi (d’ailleurs, http://ecorev.org/spip.php?rubrique158 ).

    Après les tensions entre decroissance.info et le journal de la décroissance ne m’interessent pas trop (le journal de l’Ordre pour les uns, des gamins libéraux pour les autres). Ce qui me gène beaucoup plus, c’est l’image que donne le journal via sa large diffusion…

  9. ton commentaire était pris dans mon antispam …
    y a pas de souci ;-)

    Voilà les liens :
    La Belle au Bois Dormant
    La Planète Laboratoire
    Tous deux sont issus du collectif « Bureau d’études »
    Sur decroissance.info Jeuf propose de distribuer des versions papier, si ça intéresse des gens.

    Ce qui me gène beaucoup plus, c’est l’image que donne le journal via sa large diffusion…
    Oui c’est sûr, surtout pour les gens qui n’ont pas internet (et qui ont de très bonnes raisons de ne pas l’avoir), car c’est surtout hors du net que le journal de Cheynet pèse lourd face à de bonnes revues trop peu distribuées comme l’Âge de Faire ou Passerelleco. Sans parler des deux que je mentionne au dessus qui sont de fait quasi « secrètes », car sans réseau de distribution. Mais bon ce n’est que leur début, et si ça se trouve un réseau informel serait assez efficace, à voir dans la durée…
    En fin de compte j’en suis à me demander s’il ne serait pas mieux, pour ceux qui ne se reconnaissent pas dans le journal de Cheynet, de laisser tomber le terme « décroissance » et d’en trouver un autre n’ayant pas tous ces inconvénients.

  10. Merci pour les liens, j’avais réussi à trouver la planete laboratoire finalement :)

    Je n’ai fait que survoler mais elles m’ont l’air bien intéressantes ces revues, merci pour la découverte !

    J’ai l’impression que justement des revues comme silence ou l’age de faire misent beaucoup sur le réseau informel (silence a « les amis de silence », l’age de faire envoie 3 numeros a chaque adhérents pour qu’ils fassent découvrir, propose a des gens de tenir des stands etc.)

    Pour le terme « décroissance », c’est abordé en long et en travers dans le dossier de decroissance.info : http://journal.decroissance.info/
    Y en a qui préferents objecteurs de croissance, apres-developpement, sortir de l’économie …

  11. Bonjour, merci pour ton commentaire sur ton site..
    Moi je suis mitigée sur mon avis concernant le journel de la décroissance..
    C’est vrai que ce n’est plus trop un journal de la joie de vivre et qu’il sont assez tranchant pas mal de chose à redire.. mais bon on refait pas un « casseur de pub », des articles sont desfois interressant tout de même, merci pour ton commentaire sur mon site, il est sympa to site..
    Merci aussi pour les liens..

  12. Bonne réaction!

    Je ne l’acheterai plus pour les même raisons
    Faut il opposer un décroissantisme stalinien à un prétendu décrooissantisme d’extreme droite (fabulé à mon sens)

  13. Bookami : merci :)

    Emmanuel : Concernant les différences entre décroissant de gauche ou de droite, j’avoue être encore dans le flou. J’ai l’impression que ce qui gêne les décroissants de gauche (type Ariès) c’est le coté réactionnaire des décroissants de droite (type De Benoist). Maintenant je ne connais ne assez bien ces reproches, ni assez bien la pensée de De Benoist pour y répondre.

  14. eh bien moi je possède un petit chien libre à certaines personnes de ne pas en adopter ou de penser
    que c’est emmerdant.Mais je n’ai remarqué aucune haine
    dans cet article sur les chiens.Il y a certains imbéciles qui n’ont d’autre amusement qu’à en dresser pour l’attaque;ces crétins là n’ont aucun respect pour
    les animaux.Alors je continue à acheter la decroissance sans tomber dans un optimisme béat mais
    parce que les auteurs des articles pensent d’abord à un futur bien etre des personnes et proposent des solutions.Je n’ai jusqu’à présent trouvé aucune haine vis à vis des personnes que ce journal critique.
    Alors continuez à nous informer et vive la bonne humeur et la convivialité.

  15. Je n’achèterai pas non plus celui de décembre où la charge anti Meirieu est scandaleuse. On peut ne pas être en accord avec Meirieu sur certains points mais il est difficile de nier l’impact de sa réflexion pour justement transformer ce système éducatif dont Paul Aries ne semble pas percevoir qu’il s’agit, en l’état, d’une machine de guerre contre les enfants de milieu populaire.

  16. heureux de voir que nous sommes quelques uns a penser la meme chose. j’ai longtemps été abonné à la décroissance, je suis « casseur de pub » depuis presque 10 ans. J’ai arreté l ‘abonnement il y a deux ans mais j ai racheté le numero de décembre 2009 pour voir. et effectivement la charge de paul aries contre meirieu et absolument scandaleuse. Sous pretexte qu il s engage en politique , toute son oeuvre devient nulle, critiquable et au service du capitalisme libéral. le discours de paul aries est sans aucun argument sérieux, pas une référence, pas un chiffre, et tient de la réaction « antipédagogo » primaire. Au dela des insuffisances d aries en terme de pedagogie, (que je ne discute pas ici) on peut s interroger sur sa triste manière de concevoir la politique qu il voit comme un combat d extermination , en commencant par ceux qui sont ecolo , pas par les libéraux capitalistes.On est pas loin de la politique du PC stalinien contre les trotskistes pendant la guerre d espagne avec les resultats qu on connait. Au revoir la decroissance.

  17. Ouais, moi pareil ca m’a saoulé y’a qqes années leur journal, j’ai feuilleté l’autre jour ca semble pas avoir trop évoluer.

    Bon chaqun son truc hein, si y’en a qui aiment bien se masturber le cerveau c’est leur droit, mais c’est dommage avec la bonne diffusion dont bénéficie le journal que ca serve pas a des trucs un peu moins adolescents et un peu plus constructeurs

  18. Acheté pour la première fois la semaine dernière. Dernière fois pour moi. Comment oser qualifier ceci de « journal » ? Où sont les sources ? Quelle est l’information publiée ?

    Ça conteste dur, tout le monde à tord. Mais, quelles sont leurs propositions ?

    Niveau argumentation, ça part dans tous les sens. L’article peut bien commencer, et après deux paragraphes, boum, on retombe dans la rengaine…

    Sans parler du passéisme navrant.

  19. eh bien moi, je continue de l’acheter bien que le ton soit effectivement souvent un peu trop agressif. il est agressif envers ceux qui nous pourrissent la planète, y’a une justice.
    d’autre part, les agressions du capitalisme, du consumérisme et de la publicité ne sont jamais dénoncées : ils sont les seuls à le faire.
    voilà au moins des gens qui ne sont pas dans le mou, le consensus l’obéissance et la béatitude.

    merci à eux et tant pis pour les conventions.

  20. J’avoue que je le lis encore régulièrement. C’est mon biba à moi, quand je prends le train et que j’ai la flemme de lire mon bouquin en anglais écrit tout-petit de 600 pages.

    Eh bien ça ne s’arrange pas.

    Je ne vois pas trop la justice à cracher sur ceux qui bousillent le monde, ça ne nous rendra pas plus heureux pour autant.

    Ah ça c’est sûr qu’ils ne sont pas pour le consensus, vu les énormes conneries qu’ils ont dites sur ce mode de décision participatif. Je trouve l’exemple représentatif du journal : agresser en faisant de la caricature et des approximations, utilisant des procédés plus que douteux, en détruisant tout ce qui se met en travers, de près ou de loin, de leurs ambitions politiciennes.

  21. Bonjour,

    CE QUE DENONCA LA DECROISSANCE ET QUI SAUTE AUX YEUX MAINTENANT :
    – Le vrai but du Grenelle de l’environnement c’était de neutraliser la nébuleuse écologiste (Borloo aux commandes).
    – La plupart des associations écologisantes sont peu ou prou noyautées (WWF, France Nature Environnement, Greenpeace…).
    – Hulot foncièrement pro nucléaire, Y. A. Bertand, mercantiliste de l’écologie.
    – Le Développement Durable est l’adaptation libérale à la contrainte planète exhangue.
    – Nombre d »objecteurs de croissance » sont malheureusement nombrilistes et intolérants, ce qui ne disqualifie pas la notion de décroissance.
    – Plus accessoire, mais il en est fait mention ici, l’Age de Faire est dirigé d’une main de fer.
    – On résoudra l’effondrement qui s’amorce en continuant à vroum vroumer, à avioner, à tourismailler, à internetouiller…
    etc.
    Pas étonnant que ce journal ait tant d »ennemis !

    A propos de Ph. Merieu, vu par p. Ariès : Ph. Merieu est d’une naïveté politique confondante, mais c’est un grand pédagogue et le Pr. Ariès, à qui on n’a pas enseigné la pédagogie – comme la plupart des enseignants du second degré – a une vision caricaturale de la pédagogie moderne par inculture (flagrant délit de ce qu’il reproche souvent judicieusement, mais personne n’est parfait).
    Unique à La Décroissance : une page témoignage de personnes en recherche de sobriété volontaire.
    Ce que vous reprochez à ce journal, n’est-ce pas simplement de nous rappeler à la difficile réalité, quand d’autres l’enjolivent pour pouvoir vendre ?

    Amicalement,
    Delphin, simple lecteur même pas abonné.

  22. Ce que vous reprochez à ce journal, n’est-ce pas simplement de nous rappeler à la difficile réalité, quand d’autres l’enjolivent pour pouvoir vendre ?

    Ma réponse tient en une citation :
     » Être vraiment radical, c’est rendre l’espoir possible, plutôt que le désespoir convaincant.

    — Raymond Williams »

  23. Bonjour à tous. Je suis un jeune convaincu de la sagesse de la décroissance. Je cherche une bonne revue qui parlerait uniquement des idées de la décroissance. En effet je trouve aussi que le journal de la décroissance est tout de même assez limités sur les principes et idées de fond de la simplicité volontaire. (Même si je pense que leur approche est utile en parallèle.) Concrètement je voudrais avoir chaque mois un « journal » plus complet que celui qui est actuellement proposé. Lequel me conseillez-vous ?

  24. Le Sarkophage, c’est tous les deux mois et c’est bien, sans le côté outrancier de la décroissance. C’est plutôt un journal de réflexion et de théorie… (personnellement, je lis les deux).

  25. Pour moi la principale contradiction de « la décroissance » c’est de hurler à l’urgence de la situation d’un côté, et de l’autre de refuser tout engagement dans l’action sous prétexte que nul n’est digne de confiance .Tiens, ça me rappelle quelque chose…

  26. tout à fait d’accord avec toutes ces critiques du journal. j’ai aussi arrêter d’y être abonné il y a déjà quelques années pour choisir le mensuel l’Age de Faire qui a la même philosophie mais est réellement constructif et non uniquement négatif, fataliste comme la Décroissance.
    Silence est aussi bien.

  27. Et alors ? Depuis le 24 / 12 / 2011 Il semblerait que « La Décroissance » a redressé la barre … Plus de critiques négatives et, hélas, plus de critiques du tout.
    Je ne connais pas les périodiques cités plus haut tout au long de ces « réactions » mais j’ai découvert ce journal par hasard et je ne me doutais pas que nous étions si nombreux à penser dans le même sens.
    Nous ne ferons jamais l’unanimité … et c’est tant mieux. C’est bon que des publications rivalisent d’arguments, de styles, de tons et expliquent à leurs lecteurs les tenants et aboutissants de NOTRE philosophie.
    Nous avons en commun cet éclairage que l’avenir de notre planète et donc notre avenir, notre humanité est gravement menacée par le productivisme effréné, le consumérisme enragé, le gaspillage des ressources naturelles de notre Terre, le déséquilibre de deux mondes diamétralement opposés : les gros et les maigres.
    Ne devrions-nous pas nous unir et ramer dans le même sens au lieu de nous chamailler comme des enfants à la maternelle ?
    Je prétends que tout ce qui sera écrit, publié le plus largement possible, papier, radio, télé ou internet doit être respecté et défendu par tous pourvu que nos idées soient répercutées le plus fort possible.
    Ainsi le « rétro-pédalage » indispensable germera dans la petite tête du plus grand nombre et, peut-être éviterons-nous ainsi la catastrophe.

  28. Vous avez découvert grâce au journal que vous n’êtes pas seul, grand bien vous fasse, c’est ce qui s’est passé pour nous aussi. Maintenant je suis plus dans l’action et la recherche de solutions, avec la permaculture, et moins à brailler comme le font (le faisaient ?) les personnes de La Décroissance. Ne pas se chamailler comme à la maternelle ? Mais c’est exactement ce que l’on reproche au journal, ça devenait pitoyable à lire à la fin, les rédacteurs ont réussi à se fâcher et à pilonner toutes les personnes un peu publiques du milieu : Aries, Latouche, Rabhi, … Et les entendre dire des idioties de base sur des pratiques qui me sont chères (consensus) ou des milieux que je connais même légèrement (survivalisme) à été le coup de grâce. Bête et méchant, je passe.

  29. J’en suis venue à cette conclusion après avoir lu le premier et seul numéro que j’ai acheté. Ce fut un espoir mort-né. J’achète maintenant « l’âge de faire », qui, s’il n’est point parfait, a l’avantage d’être enthousiaste et constructif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s