L’oeuf ou la poule

Lorsqu’on lit des livres sur l’élevage des poules, on apprend que :

* Les poussins naissent exclusivement sous une lampe incandescente

* Le régime alimentaire des poules se compose de pâtées

* Une race ça pond tant par jour, mais sous granule et avec une période d’éclairage constante (oui, aucun chiffre n’existe pour une production sans lumière artificielle ni nourriture boostée, à part pour les pays du tiers monde …)

Alors moi, ce que je voudrais, c’est un livre dans lequel :

* Les races sont décrites en prenant en compte le critère d’aptitude à trouver de la nourriture

* Qu’on m’explique une fois pour toute comment on gère la reproduction, pour garder des races pures, pour organiser le lieu de couvaison, pour aménager au mieux la relation poule-poussin vis à vis du groupe

* Les moyens de lutte passive contre les prédateurs : que les poules se protègent la journée et la nuit sans que je sois dans les parages

* Combien je peux espérer d’oeuf sans lumière artificielle

* Comment nourrir mes poules en période d’hiver, sachant qu’elles pondent moins ou plus du tout (je n’ai trouvé aucun article qui me disent au minimum une quantité de protéines et d’énergie pour se maintenant en forme)

* A peu près ce qu’une poule peut avaler en parcours libre ou semi-libre, et la correspondance nutritive

* Soyons fou, une liste d’espèces pérennes et leur profil nutritionnel, période de disponibilité, liste de variétés pour étendre la production

Bref, il manque cruellement un livre sur l’élevage de volaille en permaculture, et si ça continue il va falloir que j’en écrive un, ce qui serait un comble vu que je n’y connais absolument rien …

Heureusement que Mollison et Holmgren ont un peu bossé la question, en quelques pages, ils sont plus utiles que des bouquins entiers …

 

15 commentaires

  1. Mouais… pour la gestion de la reproduction, si cela t’intéresse, on peux échanger nos expériences… et pour les oeufs… en ce moment j’ai 15 poules et 2 oeufs par jour dans le meilleur des cas…

  2. Coucou Mema, ça fait plaisir de voir que tu gardes un œil ici :)

    Je veux bien ton retour d’expérience, mais moi je n’en ai pas, on a seulement trois poules dans leur prime jeunesse qui nous font un oeuf par jour chacune jusqu’à maintenant

  3. J’ai pas de livre à te proposer, j’ai jamais rien vu de tel, il faut que tu l’écrives !

    Je connais un producteur d’oeuf qui m’a dit qu’en fonction de l’alimentation ils arrivaient à avoir systématiquement deux jaunes par oeuf !

    Ceci pour dire à quel point la production d’oeuf est liée à l’alimentation, et à la quantité. Il y a diverses variétés plus ou moins bonnes pondeuses mais je t’apprendrais pas qu’on a rien sans rien, il faut de la nourriture.

    Un ami m’a dit que ses marans (poules produisant de beaux oeufs brun-rouge) étaient vraiment stupides et incapable de s’alimenter si l’assiette n’était pas devant leur bec.

    A noter aussi que le rapport omega 3/omega 6 de l’oeuf dépend de la nourriture, on passe d’une extrême à l’autre en alimentant avec du maïs ou un mélange graines-insectes-herbe.

    Pour la reproduction, c’est pas compliqué, j’ai essayé divers cas de figure, y-compris des poussins nés avec toutes les poules, ça se passe très bien, les autres poules laissent les poussins tranquilles, j’ai même constaté une adoption suite à la mort de la mère.

    Ce qui est compliqué, c’est de les garder vivantes, chez moi j’ai tout eu: autour, fouines et renards. Il n’y a pas de miracle, il faut enfermer la nuit et si des autours sont présents il faut même protéger le jour ou fournir suffisamment de couvert de buissons. J’ai même du protéger l’enclos par un filet, mais à certaines époques elles se font attaquer la journée lorsqu’elles se baladent autour de la maison.

    Et ne lésine pas sur les moyens de protection, ce printemps un renard a bouffé toute ma volée de poussins après avoir creusé sous l’abri et déchiqueté le grillage de sol !

  4. @imago

    punaise deux jaunes, ça fait un petit dej deux fois meilleur :)

    je pense que les meilleures pondeuses sont aussi celles qui convertissent le mieux la nourriture. Nos poules sont plutôt débrouillardes (contrairement au canard -_-), surtout une qui comprend que le rongeur mort que je leur file se mange, et que c’est même bon.
    De toute façon à terme je pense qu’on partira plus sur une race pondeuse/viande car on est vite submergés d’oeufs, et que j’ai envie de manger des bonnes poules du jardin.

    Oui pour les omegas 3 j’ai fait des recherches suivant les méthodes d’élevage (la poule grecque à un rapport de 1,3 !)

    Pour les poussins, c’est plutôt rassurant. Mon problème c’est que je vais faire un poulailler ou les poules peuvent entrer mais pas les renards, et pas les poussins non plus … Il va me falloir un poulailler exprès pour les mères+poussins, mais encore faut-il qu’elles l’utilisent…

    Pour la protection, j’ai déjà l’idée du poulailler protégé pour la nuit, et en journée je compte sur des sortes de perchoirs inaccessibles aux renards, mais se pose toujours le problème des poussins (et des canards). Un buisson bien épineux pourrait peut etre faire l’affaire, mais faut trouver le bon. Mollison parle du lycium ferocissum mais il est adapté aux zones 9, je tenterais peut être le coup. Ou sinon je bricole un truc en barbelés ?

    Concernant les prédateurs, on a pas mal de rapaces dans la vallée, mais ce qui a dégouté notre viosine c’est les renards en journée, c’est assez préservé dans le coin alors les renards surgissent des bosqués en amont

    Condoléances pour tes poussins, ça me fait un peu peur car c’est le moyen de protection de mon poulailler actuel (tuning de niche à chèvres) … Pour le poulailler v2, le renard tombera sur du bois, ou il regardera d’en dessous les poulettes par le grillage.

    Merci pour le retour,

    peut être qu’il faudrait faire une liste de discussion pour regrouper un peu des chiffres, retours d’expé, échanges de graines, etc …

  5. salut nicollas,

    j’ai dans un coin de disque dur des publications réalisées par une fondation appelée Agromisa. ce sont des gars qui publient à destination des pays pauvres, voire tropicaux et pauvres.

    dans le tas, je vois :
    – Small-scale chicken production
    – Bringing Farmers Back into Breeding
    – Hatching eggs by hens or in an incubator
    – The preparation and use of compost (sur l’intérêt de tenir ses poules dans un lieu clos pour récupérer la manure qui servira comme ingrédient pour le compost)

    je les tiens à ta disposition, si cela t’intéresse… et que l’anglais n’est pas un obstacle pour toi !

  6. Salut Michaël,

    je suis intéressé par tes publications, j’ai perdu toutes les miennes dans un crash disque …

    pour le second lien, je connais, et je participe au forum perma du type qui a écrit, y a de bonnes idées !

  7. Bonsoir
    De très bons articles sur l’élevage, l’alimentation etc…des poules ont parus dans la revue Terre Vivante.
    Sinon,pour la nourriture (retour sur 30 ans d’expérience de mes parents, en moyenne montagne): poules en plein air (vers de terre, insecte), déchets de cuisine (épluchures, riz…), mélange de blé-maïs-avoine matin et soir, pâtée au son (l’hiver)…coquilles d’huîtres éventuellement (pour la dureté des coquilles d’oeufs)…La relation poule-poussin: ils se débrouillent sans vous! Pourquoi faire un poulailler-nursery?
    Pour les rapaces et les renards, un poulailler en dur (si possible avec des fondations cimentées), fermé la nuit par une porte pleine, avec des pondoirs et des perchoirs en hauteur, ainsi que des nichoirs en bas pour les couveuses et les poussins. Un enclos grillagé pour les protéger des rapaces diurnes (buses et éperviers), éventuellement déplaçable pour tourner sur votre terrain (suivant sa surface)…Pour les races, les naines sont d’excellentes couveuses, mais petits oeufs et petite poule au pot!! Mes parents ont des poules rousses rustiques dont je ne connais pas le nom, mais qui sont bonnes pondeuses, bonnes à manger et débrouillardes…
    Voilà, en espérant vous avoir été utile…

  8. Le truc que m’a appris un éleveur, la poule fait des oeufs fécondés environ 8 jours après le passage du coq, donc dans une grande basse-cour il faut isoler au moins 8 jours la poule des autres coqs avant de lui présenter le bon reproducteur.
    Pour la dinde, un coup suffit pour TOUTE la saison. Il faut bien « sentir » le moment de la dinde pour aller la présenter à un mâle si on n’en possède pas ou si on veut un reproducteur particulier. (traduction de « avant la fermière prenait sa dinde sur sa bicyclette, allait prendre le café chez la voisine qui avait le mâle et c’était bon » :-) )

  9. Pour qu’elles ne soient pas dans le noir dès 16h en hiver, tu peux leur mettre des verrières à leur poulailler – c’est pas de l’éclairage artificiel, mais ça compense une partie. Il faut toutefois bien caler l’avancée de toit (ou mettre des volets) pour qu’elles ne crèvent pas de chaud en été.

    Pour l’autoprotection de nuit, j’ai vu des poules chez le voisin qui se perchent dans la charpente sous le hangar la nuit, à plus de 2m50 de haut. Ça ne suffit peut-être pas contre les mustélidés, mais c’est sûrement efficace contre les canidés. Reste à exploiter le concept.

    Pour l’autoprotection de jour, les coqs peuvent faire l’affaire, selon leur caractère.

    Concernant les races pures, je pense qu’il faut faire une croix dessus. Ça fait trop longtemps que les races amateur sont poussées vers les caractères morphologiques et absolument pas vers l’adaptation à des contraintes de nutrition, production, reproduction, etc. Le mieux c’est peut-être d’assembler un cheptel bâtard et de faire la sélection soi-même (d’ailleurs, elle se fait un peu toute seule, puisque tes contraintes influencent naturellement l’évolution du cheptel).

  10. @sophie:

    merci pour ces retours d’expérience,

    pour la nourriture, les céréales m’interessent pas trop (à part mais et amaranth), et les patées, je vais essayer d’éviter !
    Pour la poulailler-nursery, c’est parce que je veux faire un poulailler que je n’ai pas besoin de fermer, mais du coup les poussins n’y ont pas d’accès, donc poulailler particulier envisager

    @kristen: merci
    pour la lumière, je rechigne à tuiliser de la lumière artificielle. Les poules types indus que j’ai achetées n’ont pas arrêté de pondre cet hiver, ça doit venir de la race bien sur, mais pas si sur que ça, j’ai eu d’autres témoignages en ce sens. Ca peut venir aussi de l’âge, les poulettes d’un an ne perdent pas leurs plumes. Et ça doit venir aussi du libre parcours toute la journée. Je verrais avec des races moins formule 1.
    Pour les races, je pense quand même que c’est un bon indicateur, même si je compte faire de la sélection (mais c’est pas si évident). Il me faudra bien de bonnes couveuses, et des poules qui volent bien pour mes projets :)

    Pour la protection contre les renards le nuit, j’ai un projet de poulailler dans ce sens

  11. voir le bouquin: « L’élevage biologique de la poule pondeuse » de Dominique Antoine chez Terre Vivante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s